Les "cuisines" du Palais Jacques Coeur

Les "cuisines" du Palais Jacques Cœur

 

interprétation d'une sculpture d'une des demeures alchimiques de Bourges

Le Palais Jacques Coeur

 

 una via, una re, una dispositione"

p1000059-2.jpg

Cette photo illustre parfaitement l'axiome attribué à la voie brève en alchimie, celle là-même que les Philosophe appellent "Notre Voie" ou encore "la Voie notre".

C'est l'axiome  : " Une seule matière, un seul vaisseau, un seul fourneau".

Ici la matière est représentée par l'homme qui tient le pilon et semble s'affairer à broyer la matière, le vaisseau par la femme qui nettoie l’écuelle et le fourneau par le personnage qui s'occupe de la cheminée.

D'ailleurs, si l'on regarde le haut de cette sculpture (sur la photos ci-contre), on voit un musicien or il faut savoir que l'alchimie est traditionnellement représentée dans les arts graphiques et représentations imagées, par de la musique, soit des musiciens, soit des instruments.

Nous avons donc l'indication de l'axiome de la voie brève si chère aux Philosophes par le feu, et la classique signature musicale de notre Art alchimique.

Une petite précision à propos de la voie brève : il est coutume de dire que dans la voie brève, tout se résumerait à peu de choses en vérité, et pour ne pas dire à une seule chose. Oui dans la voie brève, une seule choses suffit ; alors pourquoi cet axiome semble-t-il indiquer trois choses (matière, vaisseau, fourneau) ? Parce qu'en fait notre matière contient une quintessence, ce qui fait dire que cette matière est aussi un vaisseau et comme cette quintessence est un feu, il est normal d'appeler cette matière un fourneau. Donc une seule matière, un seul vaisseau, un seul fourneau, c'est une seule chose symbolisée par le musicien qui semble faire corps ou ne faire qu'un avec son instrument.

A savoir aussi que le feu des alchimistes qualifié de feu secret, est très souvent représenté par un feu aqueux (liquide ou de la nature de l'eau) ou encore une eau ignée (eau de feu) qualifiée d'eau sèche. On comprend donc pourquoi notre matière qui contient ce feu est tantôt un vaisseau ou vase (représenté par l'écuelle que lave la femme), ce qui le lie indirectement à l'eau, et tantôt un fourneau (représenté par la cheminée dans laquelle le personnage active le feu).

p1000064-1.jpg

Un petit rajout quand au musicien, celui ci joue de la cornemuse. En tant qu'instrument à vent, l'outil nous indique que notre art concerne le souffle, le fameux souffle de vie ou souffle vital nommé par les Égyptiens.

p1000063.jpgQue dire encore, sinon que le mot souffle se dit "spiritus" en latin et a donné l’étymologie du mot "esprit".

Notre art alchimique est donc un art spirituel, ce que confirme l'autre axiome : "Les corps n'ont point d'action sur les corps, les esprits seuls sont agissants". Il y aurait encore beaucoup à dire sur ce souffle qui anime notre étrange instrument, comme par exemple qu'en alchimie, la matière qui accompagne tout le grand œuvre est nommée mercure.

Or le mercure est décrit comme un air, un vent à cause de sa volatilité et sa perpétuelle inconstance. On donne aussi le nom de Fou du grand œuvre au mercure, or Fulcanelli nous dit que le mot "fou" dérive de l'ancien français "fol, folis" signifiant "soufflet" (du soufflet au souffle à l'origine du mot esprit, il n'y a qu'un pas que je me permet de franchir). Le choix de la cornemuse, comme instrument à vent musical n'est peut être pas que culturel, mais est simplement là à cause de sa similitude avec le soufflet (similitude de fonctionnement). On se rappelle que dans le passé, les fous étaient souvent représentés avec un soufflet (voir les fables de La Fontaine à ce sujet). Notre musicien est donc un alchimiste, mais est aussi la matière, le mercure de l’œuvre.

La leçon est claire, l'alchimiste, contrairement au chimiste, ne peut se considérer comme extérieur au sujet sur lequel il œuvre, Il fait partie intégrante du Grand Œuvre et est autant agent que patient, l'artiste est le sujet, il fait corps avec son instrument, il ne fait qu'un.

C'est pourquoi dans la voie brève il est dit que tout se passe dans un vaisseau fait de terre rouge adamique, ainsi nommée parce que, de cette terre fut façonné Adam le premier homme. Il y a plusieurs couleurs de peau chez l'homme, mais intérieurement nous somme tous fait pareil, de la même chair rouge.

Donc une seule matière, un seul vaisseau, un seul fourneau ! Un seul principe dans notre Art !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×